A nos pères et nos mères ou le courage de la Ghorba*.

Ce texte fait partie du mixbook Le Charbon, de la collection Béton ArméE des Editions BBoyKonsian, sorti le 19 mai 2014. 

la ghorba 2


*Ghorba : Exil en arabe.


A ces guerriers sans armes,

venus du tréfonds de leur bled.

Pour creuser à la force de leurs poignets,

des tunnels ici, pour des maisons là-bas.

Survivre ici pour que le clan survive là-bas.

Vous avez donné le meilleur de vos années,

votre force, votre intelligence, votre jeunesse

Pour un pays qui n’a su ni vous accueillir,

ni vous épargner.

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

La moyenne d’âge des ouvriers est la cinquantaine.

Quand les autres entrent dans la force de l’âge,

la classe ouvrière saigne sans relâche,

laissant femmes et enfants abandonnés,

affrontant seuls un système qui ne laisse aucun répit à la veuve et l’orphelin.

Se battre sans cesse contre la détresse et la tristesse

tout en combattant l’administration et les huissiers.

Pour courir après 300 euros par mois de pension

pour 30 ans de travaux forcés.

Faites le calcul : vos vies valent 30 euros par an.

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

Quelle issue reste-t’il aux survivants ?

La rage, mélange entre colère, tristesse et révolte.

Ce moteur des exploités, des opprimés

pour survivre dans ce système, survivre à vos départs

sans retraite anticipée, sans retraite tout court.

Le poison du capital s’est distillé jusque dans votre sang,

Pompant votre énergie vitale jusqu’à vous laisser sans souffle.

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

La classe ouvrière existe en France malgré les statistiques mensongères.

C’est le poumon du capital qui lui permet d’oxygéner son système pourri,

Basé sur l’exploitation des uns et l’enrichissement des autres.

L’abrutissement des nôtres et l’épanouissement des autres.

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

Quelle issue reste-t’il aux survivants ?

La mémoire, pour ne pas oublier, ne pas pardonner. Jamais.

La lutte, pour ne pas oublier, ne pas pardonner. Jamais

La politique, pour comprendre et ne pas oublier. Jamais.

L’histoire de l’immigration ouvrière, histoire de la colonisation, de l’impérialisme.

Par la petite histoire. Celle de nos pères et mères,

Ou le courage de la ghorba.

Celle de Abdallah, venu à 18 ans pour construire un avenir, parti à 55 ans,

Abattu par le capital et son travail meurtrier.

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

Quelle issue reste-t’il aux survivants ?

La politique, la lutte acharnée.

C’est la seule issue pour résister

aux aliénations, humiliations, oppressions.

Pour survivre aux drames.

Je choisis l’organisation collective, 

pour repomper  les batteries d’une vie de prolo,

feinter les coups du capital

et lui décocher des putains de front kick.

 

Rouge est notre drapeau, tâchée du sang des ouvriers.

Rouge est mon histoire, tâchée du sang des victimes du capital.

Rouge est notre hymne, pour ne plus être de la

 

Chair à patron, chair à capitalistes

Chair à blanc, chair à colonialistes

Chair à canon, chair à impérialistes

 

Lady Gaza. Août 2011, mon père est mort le 24 juin 2011.

 28 ans,  orpheline de père ouvrier marocain, victime d’une maladie professionnelle à 55 ans, qui avait obtenu 350 euros par mois de pension de son vivant après 37 ans de travaux forcés en France. Maintenant qu’il est mort, la sécu nous a rétorqué « pourquoi vouloir la pension, il n’est plus là maintenant, c’est illogique ? ».  Ce qui est illogique, c’est votre putain de système !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s